Menu Panier
2
FAQ fr

CityPASS Scrapbook

Achetez San Francisco CityPASS pour une ville

Visites de muraux à San Francisco - à travers les yeux d'un artiste

Bien que la baie de San Francisco soit parsemée d'art coloré et provocant, le célèbre artiste muraliste Ray Patlan recommande aux touristes de commencer leur visite par le Mission District de San Francisco s'ils veulent découvrir une collection rapprochée d'œuvres d'art murales établies et passionnantes.

Balmy Alley et Clarion Alley sur Mission District offrent aux touristes la plus forte concentration de peintures murales de la ville. Les deux allées se situent à environ 25 minutes à pied l'une de l'autre et comptent à peu près une quarantaine de peintures murales chacune. Et ce n'est pas tout. L'art mural ne se limite pas seulement aux allées. Il orne également les murs le long des rues adjacentes, illustrant la joie, la politique, l'histoire, l'injustice, la famille et la pure frivolité. "En ce qui concerne l'art de la rue, la région est un musée", a déclaré Patlan.

Mural sur Balmy Alley. Photo de Deston Nokes.

Voir l'œuvre en personne est absolument éblouissant. Nous avons choisi de faire une visite à pied pas très chère (15$) à la découverte des peintures murales sur Mission District avec l'artiste Patricia Rose au Precita Eyes, une organisation communautaire de peintures murales située près de Balmy Alley. Faire une visite guidée n'est pas obligatoire, mais j'ai constaté que le fait d'avoir un artiste muraliste qui nous expliquait les différentes œuvres a rendu la visite plus enrichissante.

Patricia Rose par sa peinture murale à Balmy Alley. Photo de Deston Nokes.

Nos deux heures de visite ont commencé par une présentation de diapositives à l'ancienne dans le magasin kaléidoscopique de Precita Eyes. Elle a rapidement traité de l 'histoire des peintures murales, des grottes jusqu'aux Égyptiens, de la Chapelle Sixtine de Michel-Ange à l'âge d'or du Mexique, du début des années 1920 au Tres Gigantes (trois géants) : Diego Rivera, José Orozco et David Siqueiros, qui ont donné à la matière un style et une pertinence qui perdurent encore aujourd'hui.

Rivera a exercé une grande influence sur les artistes muralistes locaux. En effet, on trouve quatre de ses peintures murales dans la région de la baie, dont Pan American Unity, au San Francisco City College ; The Making of a Fresco Showing the Building of A City, au San Francisco Art Institute et Still Life and Blossoming Almond Trees, au Stern Hall à University of California, à Berkeley.

Détail, allégorie de la Californie. Situé dans le City Club de San Francisco, Diego Rivera a créé sa première fresque américaine sur le mur et le plafond du grand escalier.
Photo de Deston Nokes, avec l'autorisation des Stock Exchange Tower Associates/The Empire Group.

La première peinture murale de Rivera à San Fransisco, Allegory of California, se trouve au City Club de San Francisco, au 10ème étage de la Stock Exchange Tower au 155 Sansome, au coin de Pine Street. Ouvert au publique tous les jours entre 15 h et 17 h.

"Rivera a peint l'authenticité dans ses peintures murales", a expliqué Rose. "Au fur et à mesure que les peintures murales s'éloignaient, les thèmes se déplaçaient vers les gens ordinaires et la vie, plutôt que sur l'héroïsme. Les artistes muralistes masculins ont représenté des scènes de luttes et de problèmes. Les artistes muralistes féminines ont été les pionnières dans l'affirmation de la vie, de l'exposition de thèmes positifs dans leur travail, comme la maison, le patrimoine, la famille et la communauté."

Un autre géant, David Siqueiros, a contribué à accroître la longévité des peintures murales en plein air en travaillant avec un chimiste pour créer la formule pour la peinture acrylique. Les peintures acryliques se maintiennent bien à l'extérieur et ont une forte pigmentation. Precita Eyes vend de la peinture murale et des outils, en plus d'affiches, de boutons et de livres.

NAYA BIHANA par Martin Travers. Photo par Deston Nokes.

Comment Mission District est-il devenu un si puissant aimant de l'art urbain ? "Mission est le quartier des nouveaux arrivants", a déclaré Rose. "Au fil des décennies, Mission est passé d'un groupe ethnique à un autre, allant des allemands aux irlandais, aux italiens, puis aux mexicains. Dans les années 80, on a connu une vague d'immigrants venant d'Amérique Centrale, dont certaines peintures murales témoignent de beaucoup de contenu politique. Il y a des peintures le long de Balmy Alley qui parlent des guerres au Salvador et au Nicaragua, et même de la lutte au Népal."

Aujourd'hui, Mission compte 70 % de Latinos et beaucoup de peintures murales représentent l'histoire et la culture mexicaines. Cependant, de nombreux artistes migrent vers l'aérosol, qu'ils considèrent comme une forme de peinture plus libre. Ce style est plus utilisé dans les peintures murales le long de Clarion Alley.

Artiste et instructeur, Ray Patlan raconte à ses élèves que "peu importe la façon dont vous peignez ou ce que vous peignez, que ce soit politique ou abstrait, tant que vous êtes sincère à propos de ce que vous faites, cela apparaîtra dans les images".

Hommage à l'archevêque Oscar Romero par Jamie Morgan. Photo de Deston Nokes.

Rencontre avec un maître mural
Mon amie, Lynne Blair, et moi nous sommes assis avec Patlan au restaurant mexicain Otaez à Alameda, en sirotant du café "con canela" et en mangeant une grande assiette de "machaca con huevos", un petit-déjeuner composé d'œufs, de poivrons et de bœuf râpé. Âgé de 66 ans, Patlan enseigne à Laney College et au California College of the Arts, situés tous les deux dans la ville d'Oakland.

Élevé dans le quartier Pilsen de Chicago, Patlan s'est inspiré de l'art mural lors de ses voyages au Mexique avec sa mère et son père. Là-bas, il a bu dans l'éclat des grands artistes muralistes de l'époque : Rivera, Orozco et Siqueiros. "J'ai décidé que si les peintures murales pouvaient être si puissantes là-bas, pourquoi pas à Pilsen ?" dit-il. Il a acheté 70 $ de peinture et a commencé à créer des peintures murales à Chicago.

Ray Patlan. Photo de Deston Nokes.

En suivant les cours au Chicago Institute of Arts, ses instructeurs ont rejeté son travail en le qualifiant "d'art de panneau publicitaire." "À la fin des années 70, beaucoup d'enseignants étaient influencés par la Rhode Island School of Design et étaient intéressés par l'art conceptuel", a-t-il déclaré. "Les peintures murales n'étaient pas considérées comme pertinentes".

Tout en "essayant de sortir de la pauvreté avec sa peinture", il a constaté que l'université de Californie, à Berkeley était prêt à l'embaucher, et il s'est plongé dans le mouvement mural vivant de la région de la baie. Il a dirigé et créé plus de 100 peintures murales aux États-Unis, au Mexique, en Asie et en Europe, et suit de près la création de peintures murales dans la région. Patlan a même une de ses peintures exposée à Mission, dont la façade du bâtiment Head Start.

La peinture murale de Ray Patlan à l'extérieur de Head Start. Photo par Deston Nokes.

Quels artistes surveille-t-il maintenant ?

Patlan nous a emmenés voir l'immense peinture murale colorée d' Estria Miyashiro, Water Writes Mural, dans le centre-ville d'Oakland à l'intersection de Broadway et 21st Street. Comme souvent le cas avec grand nombre de très grandes peintures murales, c'est une collaboration de peintres sous la direction de l'artiste.

Un autre artiste muraliste préféré de Patlan est Mona Caron, dont certaines de ses peintures murales exceptionnelles sont exposées à San Francisco, y compris Windows Into The Tenderloin, à l'intersection de Jones Street et Golden Gate Avenue, et son œuvre de plus de 100 mètres de long et 5 mètres de haut, Duboce Bikeaway Mural, sur Duboce Avenue entre Church et Market Street.

Water Writes par Estria Foundation. Photo de Deston Nokes.

J'ai demandé à Patlan ce qu'il considérait être la principale différence entre la peinture au chevalet et les peintures murales. Il a dit qu'il avait appris cette réponse d'un des maîtres, David Siqueiros.

"J'ai rencontré Siqueiros plusieurs fois avant sa mort", a déclaré Patlan. "Tant que j'ai pu, je lui ai posé des questions sur les peintures murales qui m'aideraient plus tard.

"Il m'a dit qu'avec la peinture au chevalet, vous pouvez l'accrocher au mur, la tourner à l'envers et la déplacer partout où vous voulez. Les peintures murales font partie de l'architecture et de l'environnement. C'est l'environnement. Si vous vous y rapprocher, vous vous promenez psychologiquement avec l'œuvre, et danser avec".

Allégorie de la Californie. Situé dans le City Club de San Francisco, Diego Rivera a créé sa première peinture murale américaine sur le mur et le plafond du grand escalier. Photo de Deston Nokes, fournie par Stock Exchange Tower Associates/The Empire Group.
Our America: 500 Years of Resistance, par Isaias Mata. Exposé à l'église Saint-Pierre sur 24th Street, près de Florida.
Photo de Deston Nokes.
Our America: 500 Years of Resistance, par Isaias Mata. Exposé à l'église Saint-Pierre sur 24th Street, près de Florida.
Photo de Deston Nokes.
Peinture murale sur Clarion Alley. Photo de Deston Nokes.
Peinture murale sur Clarion Alley. Photo de Deston Nokes.
Peinture murale sur Clarion Alley. Photo de Deston Nokes.
Peinture murale sur Clarion Alley. Photo de Deston Nokes.

À propos de Precita Eyes,
chaque visite présente des peintures murales différentes et est dirigée par des artistes muralistes. Les réservations ne sont pas nécessaires pour leurs visites à pied les plus populaires ayant lieu le weekend, mais ils offrent des visites privées, des visites en groupe, des visites à vélo, des visites en autobus, et des visites personnalisées sur rendez-vous.

2981

24th Street San Francisco, CA 94110

(415)285-2287

Comment se rendre à
Balmy Alley : prenez le BART à la 24ème/Mission. L'allée est parallèle à Treat Avenue et Harrison Street entre les rues 24 et 25. C'est un cauchemar de se garer, donc le transport en commun est votre meilleure option.

Clarion Alley : se situe entre les rues Mission et Valence, et les rues 17 et 18. Située à environ 25 minutes à pied de Balmy Alley.

(Top photo Copyright de MaxPixel)